Se déplacer en voiture

Envoyer par email Imprimer Partager sur facebook Partager sur twitter
-A +A

La mobilité reste un réel facteur de lien social. Pouvoir conserver de l’autonomie dans ses déplacements apparait comme primordial pour nombre de séniors. Pour autant la conduite est une tâche complexe qui exige de bonnes capacités physiologiques, cognitives et une certaine confiance en soi. Or, avec l’âge, certaines de ces capacités peuvent être altérées et la confiance progressivement perdue.

LA SECURITE ROUTIERE

Avec l’âge, les conducteurs deviennent plus prudents. Pour autant, une longue expérience de la conduite ne dispense de s’interroger sur ses capacités pour prévenir d’éventuelles difficultés et continuer à conduire en toute sécurité. Pour rester un bon conducteur, l’essentiel est de ne pas perdre l’habitude de conduire.

Il faut  donc conduire régulièrement, s’entretenir physiquement et intellectuellement, se sentir confortablement installé(e) au volant, bien se connaître et rester à l’écoute de soi pour repérer l’apparition de troubles ou de fatigue. Il ne faut pas hésiter à actualiser régulièrement ses connaissances en matière de code de la route en allant régulièrement sur le site de la prévention routière ou en assistant à des stages de remise à niveau proposés localement.

Enfin, contrairement à certains autres pays européens, la France n’impose aucun contrôle médical régulier à partir d’un certain âge pour conserver son permis de conduire. Pour votre propre sécurité mais aussi celle des autres, il vous appartient donc de demander régulièrement conseil  à votre médecin traitant. Il sera en mesure de vous faire faire les bilans nécessaires (champ et acuité visuels, test audition entre autres..). Pour plus d’information, rendez-vous sur le site internet de la sécurité routière dans notre rubrique liens utiles. Un Icône PDFguide_prevention_routiere_scniors_2017.pdf-PDF (728.93 Ko) est également proposé au téléchargement sur cette page.

déplacement en voiture

ADAPTER SON VEHICULE

Avec l’âge, des manœuvres qui semblaient aisées auparavant tendent à devenir de plus en plus complexes et demandent plus d’efforts de concentration. Il apparait parfois nécessaire d’envisager une adaptation de son véhicule ou de profiter du changement de ce dernier pour choisir des options, aujourd’hui largement répandues, rendant la conduite ou le stationnement plus aisés : rétroviseur additionnel, aide au stationnement, boite vitesse automatique, régulateur de vitesse, frein à main automatique, rétroviseurs électriques, entre autres. Renseignez-vous bien auprès de votre concessionnaire. S'agissant de l'aménagement du poste de conduite (disque de transfert, frein accélérateur au volant, boite automatique, grue de coffre pour fauteuil roulant, etc.), le conducteur doit avoir passé une visite médicale à la préfecture ou auprès d’un médecin agréé par le préfet. Le type d’adaptation à prévoir sera mentionné sur son permis de conduire. Dans le cadre de l’APA (allocation Personnalisée d'Autonomie) certains petits équipements peuvent être partiellement pris en charge.

MEDICAMENTS ET CONDUITE

La prise de certains médicaments peut affecter votre capacité à conduire. En effet, Certaines molécules ont des effets indésirables assez fréquents comme la somnolence, les troubles de la vision, la survenance de vertiges, la baisse de vigilance ou de temps de réaction.

  • Il est donc important de bien lire les notices afin de repérer la présence de pictogrammes de mise en garde sur les boîtes de médicaments : ils présentent 3 niveaux de mise en garde : 1, 2 et 3 étant le niveau correspondant à une incompatibilité totale avec la conduite.
  • Pensez également à demander régulièrement conseil à votre médecin traitant lorsqu’il vous prescrit un médicament et à votre pharmacien lorsqu’il vous le délivre. La prise de certains médicaments peut, éventuellement, être adaptée à votre besoin de conduite.
  • Enfin, sachez vous arrêter dès que vous ne vous sentez plus en capacité de conduire.

STATIONNEMENT RESERVE

La carte européenne de stationnement, la carte d’invalidité et la carte de priorité pour personnes handicapées sont trois cartes qui permettent à leurs détenteurs de faciliter leurs déplacements et stationnement. À compter du 1er juillet 2017, la CMI (carte mobilité inclusion) remplace les anciennes cartes. Les droits accordés sont les mêmes que les droits accordés par les anciennes cartes. Trois mentions sont possibles sur la CMI : « priorité », « invalidité » et « stationnement ». La détention de cette carte vous permet d’utiliser les places de stationnements réservées aux personnes à mobilité réduite. Sachez que cette carte est attachée à son détenteur et non à un véhicule en particulier. Par ailleurs, le fait de détenir cette carte ne dispense de s’acquitter du tarif de stationnement en vigueur.  Pour connaitre les démarches à effectuer consultez notre fiche « Carte Mobilité Inclusion » dans le guide des aides et télécharger Icône PDFfaire_une_demande_de_cmi_de_60_ans.pdf-PDF (67.78 Ko) proposée sur cette page.

LA SOLUTION COVOITURAGE

Protéger l’environnement, c’est l’affaire de tous. Covoiturer, c’est chaque jour moins de CO² et de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. C’est aussi un principe de solidarité envers ceux qui ne conduisent pas ou plus. Cette possibilité peut en effet répondre au besoin de mobilité de ceux qui envisagent difficilement les trajets longs en transports en commun ou bien qui ne souhaitent pas effectuer un long trajet seul au volant.

Le Département des Pyrénées Atlantiques a lancé, une plateforme de co-voiturage  permettant à tout usager de s’inscrire afin de proposer à un usager une place dans son véhicule ou bien de profiter du véhicule d’un autre usager pour se rendre quelque part. Le principe est simple : il suffit de s’inscrire, d’indiquer son projet de voyage ou son besoin de déplacement et de s’entendre avec  d’autres usagers. Les modalités de participation aux frais de route et les précisions logistiques seront à fixer à l’avance.

SE DEPLACER POUR SES SOINS, SES EXAMENS DE SANTE

Lorsque vous devez vous déplacer pour vous rendre à une consultation médicale, un examen de santé et que votre état ou votre situation ne vous permet pas de vous y rendre par vos propres moyens, votre médecin peut estimer nécessaire de vous prescrire un bon de transport : taxi, taxi-ambulance ou transport médicalisé. Pensez à aborder cette question en amont avec votre médecin traitant ou avec le médecin spécialiste qui vous prescrit cet acte de soin ou d’exploration.

Pour vous informer, vous pouvez consulter la page dédiée sur le site de l’Assurance Maladie.